Les Rêves 

 

Définition du rêve : Production psychique survenant pendant le sommeil et pouvant être partiellement mémorisé. (d’après le dictionnaire larousse) 

Le sommeil est constitué de plusieurs cycles de différentes phases :

- Le sommeil léger correspond aux trois phases du Sommeil à Ondes Lentes ( S.O.L.) 
- Le sommeil profond correspond à la phase du Sommeil Paradoxal (S.P.)

 

Ces phases se succèdent et se répètent tout au long de la nuit. En général, c'est pendant la cinquième phase, dite phase de SP que les rêves apparaissent. Bien souvent, ils commenceraient environ 90 minutes après le début du sommeil. 

Si l'on réveille quelqu'un pendant cette phase de sommeil profond, 85%¨des personnes se souviennent du rêve contre seulement 10 à 15% si le réveil a lieu pendant une autre période de la nuit. 

Il arrive que certaines personnes rêvent pendant le sommeil léger. Moins riches en détails, ces rêves contiennent moins d'éléments de mouvement, moins d'éléments émotionnels et moins de couleurs par rapport aux autres rêves. 

Durée moyenne du rêve : (Il y a des plus ou moins " bons " rêveurs, ces chiffres ne s'appliquent pas à chaque individu .) 

La fréquence des rêves est déterminée exclusivement par le souvenir que nous en avons. 
Un individu " normal " rêve en moyenne 100 minutes par nuit. 
Plus on s'avance dans la nuit, plus la durée des rêves s'allongent. 
Le premier serait de 10 minutes, le second de 20, le troisième et le quatrième de 30. 


Au cours des rêves, le temps s'écoule au même rythme que celui de la vie courante. 
Il arrive cependant que certains rêves se déroulent beaucoup plus rapidement que dans la réalité et font traverser une multitude d'événements en quelques secondes, essentiellement lors de réveil provoqué. 
C'est la cas notamment d'un sommeil interrompu par une sonnerie dont le rêve se prolonge et trouve son épilogue en un très court laps de temps. 
Admettons par exemple que le téléphone sonne. Il nous faudra très peu de temps pour nous réveiller et sortir de notre rêve. Mais pourtant cette sonnerie va provoquer de nombreuses situations oniriques. (Course poursuite dans une gare, le train démarre, il siffle.....) 

Pourquoi ne se souvient-on pas toujours de nos rêves ?

Il est possible de maîtriser le contenu de ses rêves. 
On appelle cela le rêve lucide : rêver en ayant conscience d'être en train de rêver. 
Ces rêves lucides ont longtemps été l'objet de polémiques mais leur existence a été prouvé formellement dans les années 70. Ils sont définis comme un "état mélangé, un chevauchement entre le sommeil paradoxal et des processus activés correspondant à l'éveil". 
Ces rêves sont de différents degrés et seulement 10 à 20% de la population en fait régulièrement. Ce sont le plus souvent les femmes et les jeunes. 

Les rêves lucides les plus simples consistent à interrompre un cauchemar en se disant que "ce n'est qu'un rêve" et à se réveiller quelques secondes plus tard. 
Mais certaines personnes vont beaucoup plus loin dans la maîtrise de leurs songes. Ils sont capables de modifier le contenu de leurs rêves comme, par exemple, faire apparaître des objets, changer de lieux... 
La maîtrise des rêves lucides peut s'acquérir. 
Certains athlètes utilisent cette technique pour visualiser leurs pratiques. 
Elle est aussi exploitée pour des patients qui souffrent de cauchemars à répétition. 

Pour obtenir cette maîtrise, il suffit d'être motivé et de posséder spontanément de bonnes capacités de rappel onirique. 

Il est difficile d'apporter une réponse précise à l'utilité des rêves. Les rêves restent quelque chose de confus et de mystérieux. 
Certains auteurs affirment que "les rêves sont une liaison entre le conscient et l'inconscient, entre l'âme et le corps, entre nos désirs réels et refoulés, qu'ils sont un miroir qui ne ment pas. 
Mais surtout, ce sont des avertissements." 

Voici quelques affirmations de Jeremy Taylor (1613 - 13 août 1667, théologien et prédicateur anglican) sur les rêves : 

- Tous les rêves visent à améliorer notre santé et notre bien-être. 
- Les rêves ne sont pas là pour nous apprendre ce que l'on sait déjà 
- Seul le rêveur sait avec certitude la signification de son rêve.
- Aucun rêve n'a qu'une seule signification. 
- Tous les rêves ont un langage commun et universel de métaphores et de symboles. 
- Travailler avec les rêves de façon régulière améliore nos relations avec nos amis, notre conjoint, notre famille, nos enfants et les autres.




Comment se souvenir de nos rêves ?
 

La plupart des gens ne prêtent guère d'attention à leurs rêves, mais dès qu'ils commencent à s'y intéresser, ils s'en souviennent plus régulièrement. 

Il est vrai qu'il n'est pas toujours possible de se souvenir d'un rêve à cause du temps qui s'écoule entre le rêve et le moment du réveil. 
Généralement, si nous nous réveillons 20 minutes après le rêve, nous n'en avons plus aucun souvenir. Si le réveil survient 15 minutes après, nous nous souvenons de quelques bribes et 5 minutes après, nous nous en souvenons très bien. 

Pourquoi oublie-t-on rapidement nos rêves ?

Les rêves dont nous nous souvenons ne sont pas toujours ceux dans lesquels nous nous sommes fortement impliqués émotionnellement. 
Ce n'est pas le contenu du rêve qui est important pour s'en souvenir mais plutôt le moment du réveil dans le cycle de sommeil. 

Les rêves, nous les oublions en s'habillant, en déjeunant, nous les oublions dans la matinée. 
Mais il peut arriver que l'on ait certains "flashs" qui surviennent comme pendant une conversation, dans le métro, en effectuant un acte quotidien, comme si le rêve faisait soudain une apparition. 

Les nombreuses préoccupations de la journée qui commence et toutes les choses que l'on doit faire dès notre réveil nous font oublier nos rêves. Mais grâce à certains éléments déclencheurs (comme une phrase, une image anodine..) nous pouvons quelquefois les faire réapparaître à la conscience. Il ne faut pas oublie le paramètre physique de la vision. Nos yeux voient plus que ce que notre conscient retient. Il est fréquent que sous hypnose, des évènements dont nous avons été témoins ressurgissent, car notre angle de vision a capté une scène enfouie dans notre inconscient. (témoins d'agressions par exemple) 


Les femmes et les hommes rêvent-ils de la même façon ?

Les femmes rêvent plus que les hommes et se souviennent plus facilement de leurs rêves. 

Si on réveille une femme en phase de sommeil paradoxal ( S.P.) 95% en donnent un récit cohérent contre 80% pour les hommes. 
De plus les rêves des femmes sont deux fois plus longs que ceux des hommes. Notons que le contenu en est généralement plus désagréable.(cauchemars, anxiété) Les hommes rêvent autant que les femmes cependant ils montrent une moins bonne aptitude à se souvenir de leurs rêves. 
Les personnes qui ont beaucoup d'imagination réussissent mieux à se souvenir des rêves. 

Les bébés rêvent-ils et de quoi ?

Les bébés ne rêvent pas d’après Freud. (Tous les psychanalystes ne partagent pas cette opinion… Il semblerait que même in utero le fœtus rêve…) 
Les nouveau-nés consacrent la moitié de leur sommeil à enregistrer et à inscrire dans leur cerveau l'ensemble des nouveautés de la journée. 
C'est ce qui explique les différentes mimiques faciales (sourires..) de leur sommeil. Le fœtus in utero est en état de rêve presque permanent appelé le sommeil "sismique". La conception freudienne du rêve est incompatible avec ces observations.




A partir de quel moment les enfants commencent-ils à rêver (d’après Freud)?


 

Les rêves apparaissent vers l'âge de 7 ans. 
Avant cet âge, le contenu onirique n'est pas très riche. 
L'enfant n'est pas capable de construire des récits imaginaires: ses songes sont surtout composés d'impressions et de sensations, parfois terrifiantes. Ce qui explique l'origine des cauchemars. 

 



 

Il est souvent énoncé que les femmes rêvent en couleur et les hommes en noir et blanc :

Il n'est pas prouvé scientifiquement que les femmes rêvent en couleur et les hommes en noir et blanc. 
En général, les personnes ou objets de nos rêves ont les mêmes couleurs que dans la réalité. C'est pourquoi la plupart des gens font des rêves en couleur. 
Il y a bien sûr des exceptions, des rêves en noir et blanc, et même des rêves d'une couleur uniforme. 

La couleur dans les rêves est très importante. Il faut surtout prêter attention à la couleur prédominante. 
La couleur des rêves représente l'état d'âme et rend la valeur psychique d'un sentiment. Chaque ton possède une énergie particulière qui dévoile la force de nos émotions. 
En principe, les couleurs claires et vives, bien assorties et limpides sont toujours positives et représentent la paix de l'âme et la sérénité. 
Par contre, les teintes sombres et imprécises sont symptômes d'angoisses, de peur et de conflits intérieurs. 
Rêver en noir et blanc peut signifier que le rêveur a de gros problèmes ou une imagination limitée. 

Il existe aussi des rapports entre le rêve et l'activité biologique : 

Lorsque nous rêvons en couleur, la température du corps est sensiblement plus élevée. 
Lorsque nous avons de la fièvre, les couleurs sont plus vives et chaudes. Elles tendent vers le rouge, orange, jaune. 

On remarque également que la couleur du milieu dans lequel nous dormons peut agir sur les rêves. 

Les femmes enceintes font-elles des rêves caractéristiques ?

Oui, car les femmes enceintes sont dans un état d'esprit différent des autres femmes. 
Anxieuses, leur humeur est variable. Cela se traduit dans leurs rêves. Elles sont plus enclines à faire des cauchemars à cause de leur anxiété. Ce phénomène est normal et compréhensible. 

La signification des rêves ont-elles une relation apparente avec la journée?

La plupart de nos rêves ont une relation apparente avec les temps forts de la journée. 
Des éléments que l'on a vus, lus ou entendus surviennent au milieu de nos songes. Ce sont des éléments déclencheurs qui sont les clés de nos rêves. 
Ces éléments déclencheurs vont nous permettre de comprendre le message du rêve, nos préoccupations. 
Pour nous faire comprendre son message, souvent le subconscient choisit des images issues de notre quotidien et qui peuvent paraître anodines parce qu'elles se réfèrent à un événement ou incident de la journée. 

Il faut donc y prêter attention, car ces situations d'apparences sans importance peuvent nous mettre sur la piste de nos émotions les plus profondes. 

Les rêves prémonitoires existent-ils ?

Dans le langage technique, on entend par " rêves prémonitoires " l'annonce supra normale d'un événement futur, quel qu'il soit. Ces rêves représentent la forme la plus courante de la croyance populaire. 
Si l'on veut interpréter toutes sortes de rêves prémonitoires, il faut admettre que l'on se trouve à chaque fois devant des cas exceptionnels d'intuition, saisis par l'inconscient avant de l'être par la conscience. 
On pourrait dire que la prémonition jaillit d'une vision interne que le sujet a de lui-même et de son propre destin.
Naturellement, les intuitions de ce genre sont rares. 

Quelquefois, la suggestion, une coïncidence ou une série de coïncidences peuvent faire croire au sujet qu'il a eu une vision ou un rêve prémonitoire. 

Des prémonitions provoquées en laboratoire 
Après avoir analysé des milliers de cas spontanés, les chercheurs ont voulu démontrer de manière scientifique l’existence de ces prémonitions. Mais, pour cela, il fallait être capable de les provoquer ! Pendant une quarantaine d’années, un nombre impressionnant d’expériences ont ainsi été effectuées en laboratoire. 
La plus célèbre a été menée à la fin des années 70 par le docteur Montague Ullman, (directeur du département de psychiatrie du Maimonides Hospital, à New York). Le principe : pendant qu’un étudiant volontaire branché à un électroencéphalogramme dort dans une pièce insonorisée, un expérimentateur surveille ses phases de sommeil dans une pièce à côté. Dès qu’il repère une période de "sommeil paradoxal", il le laisse rêver pendant dix minutes, puis le réveille pour lui demander de raconter en détail ce qu’il a "vu". Toute la nuit, les rêves sont notés. L’expérience se poursuit le lendemain matin, lorsqu’un autre expérimentateur envoie mentalement à l’étudiant une image choisie au hasard par un ordinateur. S’il apparaît que l’un des rêves contient cette image, les chercheurs en concluent qu’il y a eu prémonition. Ces expériences ont donné des résultats étonnamment positifs et ont été maintes fois reproduites. 

La physique quantique et nos conceptions du temps :

Si les rêves prémonitoires sont réellement ce qu’ils sont, c’est-à-dire des informations sur le futur, leur existence malmène sérieusement notre conception linéaire de l’espace-temps. Pourtant, la physique quantique (l’étude, entre autres, des particules subatomiques) a déjà bouleversé nos croyances sur le fonctionnement de l’univers et sur celui de la conscience. Surtout depuis le jour où, en 1982, le physicien français Alain Aspect a démontré que des informations peuvent voyager entre deux particules à des vitesses supérieures à celle de la lumière, inversant ainsi le temps. Depuis, bien d’autres scientifiques ont tenté, et tentent encore, de résoudre cette énigme. Et tous en viennent à la même conclusion : le temps immuable, qui s’écoule inéluctablement au fil des jours, le nôtre en somme, ne serait pas la seule forme de temps qui régit l’univers… 

Si les rêves prémonitoires délivrent des informations sur le futur, pourraient-ils empêcher que des catastrophes se produisent ou permettre de contrecarrer les crimes, comme dans le film de Spielberg ? Dans les années 60, le psychiatre britannique John Barker a fondé le Central Premonitions Registry pour tenter de répondre à cette question. En trente ans d’activités, il a reçu des milliers de témoignages, mais a été obligé de conclure qu’un rêve prémonitoire se produit en général dans les deux ou quatre jours qui précèdent l’événement. Le temps de recevoir et d’analyser les informations, il est trop tard…





Relation entre stress et cauchemars :

La relation entre stress et cauchemars est normale si l'on considère que le rêve a pour fonction de nous aider et de nous guider dans la quête de notre inconscient. 
C'est ce qui explique que les rêves soient plus fréquents au cours d'une maladie, en cas d'accident et dans de nombreuses situations délicates physiquement ou psychologiquement. 

Les rêves se manifestent de façon plus insistante pendant les périodes importantes de l'existence, à l'adolescence ou à l'occasion des grandes décisions. 

Diverses causes de cauchemars :

·Le syndrome de stress post-traumatique : la personne revit l'évènement traumatisant sous forme de reviviscences, dont elle n'arrive pas à se défaire. 

·Le sevrage ou la réduction de la consommation d'alcool ou de benzodiazépines(médicament utilisé contre l'anxiété, l'insomnie etc...) 

·Certains médicaments comme les hypnotiques, les bêta-bloquants. 

·Le stress résultant d'une situation identifiable de la vie actuelle du rêveur qui suscite également des angoisses dans la vie éveillée, comme des examens, la peur d'être puni, une faute commise, etc. 

·D'autres cauchemars apparaissent sans cause apparente et ne s'expliquent pas non plus pour le rêveur. Ils sont l'expression de conflits internes importants qui ont été refoulés, comme par exemple des désirs et besoins individuels et les obligations et devoirs imposés ou encore, les conflits entre des buts contradictoires entre lesquels l'individu n'arrive pas à choisir. 

Les rêves érotiques :

La sexualité joue un rôle très important dans la vie de chaque individu. C'est pourquoi les rêves érotiques semblent tout à fait normaux et naturels (l'absence totale de ce genre de rêves pourrait être mal interprété). 
Mais le rêve sexuel, sous sa forme physique, est plus rare qu'on pourrait le penser. Le désir semble en effet voilé et accommodé par la censure, en fonction de la moralité et de l'éducation plus ou moins solide du rêveur. 

Les rêves érotiques sont donc le plus souvent indirects, utilisant de nombreuses allégories. 
C'est la proximité du côté instinctif et animal de nos impulsions qui expliquent la fréquence des allégories animales dans nos rêves. 

La force de nos appétits sexuels peut ainsi être interprété par la nature de l'animal: 
Le taureau, le cheval, le serpent, le chien donnent une idée de la force de ces impulsions. 

Les organes sexuels dans nos rêves se réfèrent au monde végétal: 
Il s'agit presque toujours de certains fruits et légumes déterminés et à la forme suggestive, qui servent de symboles. 

C'est seulement lorsque les rêves parlent intensément de la vie érotique, parce que celle-ci est déréglée, qu'il convient de chercher à interpréter ces images oniriques quelquefois fort inconvenantes. 

La base neurobiologique du rêve :

La physiologie moderne sait où, quand et comment une activité psychique se produit. On sait cartographier le cerveau et visualiser les zones actives, la consommation d'énergie et d'oxygène : 

·Pendant le sommeil lent, le cerveau fait des réserves de glucose (cellules gliales). 

·Pendant le sommeil paradoxal, les neurones consomment glucose et oxygène en grande quantité. 

La figurabilité : la transformation d'une idée en image. Le rêve représente le désir inconscient en images. 

Le déplacement est l'opération qui voile ce qui a vraiment de l'intérêt. Ce qui fait l'inconscient est présenté comme un élément peu important, tandis que ce qui fait l'essentiel d'un rêve ne correspond que peu aux désirs inconscients. Le déplacement, plus techniquement, est le fait qu'un affect, associé à une représentation - par exemple l'excitation liée à un corps nu - se déplace et s'associe à une autre représentation moins gênante, comme celle d'un beau paysage. 

La condensation est le fait que plusieurs représentations s'amalgament et n'en font plus qu'une. Ainsi, un seul élément du rêve peut bien correspondre à plusieurs éléments inconscients. Cette théorie fait d'ailleurs l'une des particularités de la métapsychologie, qui envisage un même élément sous plusieurs angles, et qui l'interprète en fait plusieurs fois. 

La figuration, ou prise en considération de la figurabilité, est aussi appelée élaboration secondaire. Elle est la forme narrative du rêve, qui peut présenter un scénario structuré, là où le désir inconscient s'en moque bien. Tout l'effort de romancer le rêve fait oublier ce qui intéresse vraiment le rêveur. 
Freud donnera de plus en plus d'importance à ce mécanisme. Le symbolisme sera de plus en plus étudié : Freud notera quels éléments représentent en fait quelle autre chose. Par exemple, selon Freud, le rêve de fuite à travers des chambres est «un rêve de maison close ou de harem»... 

Une valeur particulière doit bien sûr ici être reconnue au rêve. Si celui-ci réalise un désir, mais si en même temps le compromis avec la censure fait que ce désir reste dissimulé, il est nécessaire d'interpréter le rêve manifeste pour faire ressortir le rêve latent. Il faut d'ailleurs noter que, si le sujet a tendance, en racontant son rêve, à effacer les aspects absurdes ou incohérents, à lui donner très vite du sens, c'est à rebours de cette 
première interprétation que va le plus souvent l'interprétation psychanalytique. 

L'interprétation du rêve fait cependant appel au rêve. Pour la psychanalyse, en effet, il n'est pas question de constituer une clef des songes, un dictionnaire universel des symboles... 

Forgée principalement en relation avec l'analyse des rêves, l'interprétation se trouve bien sûr appliquée à un matériel beaucoup plus large, incluant lapsus, actes manqués, oublis et, généralement, tout ce qui porte la marque de l'inconscient.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© montpelliervoyance